Les sites du groupe Info6TM

Magazine

Valeur ajoutée, emplois, investissements : les ports belges battent des records

Anvers, Zeebrugge, Gand, Liège, Bruxelles, Ostende : ces six ports jouent dans l’économie belge un rôle absolument crucial. A eux six, ils créent directement plus de 35 milliards d’euros de valeur ajoutée, près de 255 000 emplois et quelque 4,8 milliards d’euros d’investissements directs.

La Banque nationale de Belgique a publié son analyse annuelle de l’importance économique - en termes de valeur ajoutée, d’emplois et d’investissements - des six principaux complexes portuaires du pays. Les chiffres utilisés sont ceux de 2017, ce délai étant nécessaire pour permettre d’étudier les bilans de tous les acteurs implantés dans les différentes zones portuaires concernées et de calculer les effets indirects de leur activité.

Comme toujours, les chiffres sont impressionnants. Ensemble, les six ports ont enregistré en 2017 une nouvelle hausse cumulée de leur valeur ajoutée. Celle-ci est passée de 32,4 à 35,3 Md€ (+9,1 %), dont 19,4 Md€ directement (+7,3 %) et 15,9 Md€ indirectement (+11,3 %). Chacun de ces chiffres représente un nouveau record.

Si aux 116 300 emplois directs (exprimés en équivalents plein temps ou ETP) auprès des entreprises, autorités et instances dans ces zones portuaires, on ajoute les 138 500 emplois indirects qui découlent de leur activité, on obtient un chiffre total de 254 800 ETP liés aux ports. Le redressement amorcé après le ressac de 2014 et ses 249 100 ETP s’est ainsi poursuivi. De plus, les six ports ont servi de cadre à 4,8 Md€ d’investissements directs sur l’exercice concerné. Là aussi, il est question d’un record.

La part belle aux ports flamands

La part du lion revient aux quatre ports maritimes flamands. De ce côté-là, Anvers et Gand jettent dans la balance un poids nettement plus considérable qu’Ostende et Zeebrugge. Cela s’explique dans une très large mesure par la présence d’une très forte activité industrielle (chimie, sidérurgie, construction automobile…) dans les zones portuaires anversoise et gantoise.

Les ports flamands sont intervenus en 2017 à hauteur de 17,4 Md€ dans la valeur ajoutée directe créée par les six ports, soit à peu près la moitié du total. Anvers affiche 11,5 Md€, Gand 4,4 Md€, Zeebrugge 1 Md€ tout rond et Ostende 529 M€. Dans chaque cas, le résultat pour 2017 a été supérieur à celui de 2016, mais les progressions les plus fortes se sont manifestées dans les deux premiers ports cités (+660 M€ pour Anvers, +520 M€ pour Gand).

Les emplois directs se situent majoritairement à Anvers (61 740 ETP) et Gand (28 260 ETP). Zeebrugge (9 690ETP) et Ostende (4 930ETP) suivent à distance déjà appréciable. Le total se monte à 104 610 emplois.

Anvers totalise pour 3,4 Md€ d’investissements, contre 712 M€ pour Gand, 303 M€ pour Zeebrugge et 78 M€ pour Ostende. Le cumul donne 4,5 Md€.

Les effets indirects des quatre ports maritimes flamands se montent à 15,1 Md€ de valeur ajoutée et 133 300 ETP.

Liège et Bruxelles

Les deux ports intérieurs mais au statut de port maritime de Liège et Bruxelles ont directement créé en 2017 près de 2 Md€ de valeur ajoutée (+7,3 %), 11 700 ETP (+0,8 %) et 290 M€ d’investissements (+0,6 %).

Liège fait mieux que Zeebrugge en valeur ajoutée directe, avec 1,1 Md€. Là aussi, l’industrie y est pour beaucoup : le pôle non-maritime intervient pour la quasi-totalité de ce chiffre. Le montant réalisé est toutefois inférieur de 2,4 % à celui réalisé par le port autonome wallon au cours de l’exercice précédent. L’emploi direct est resté stable à 7 845 ETP (+0,4 %), dont 7 515 ETP pour les secteurs que la Banque nationale qualifie de non-maritime. Si cela se confirme, 2017 marquerait l’arrêt de l’érosion de l’emploi direct au complexe portuaire liégeois du fait de la restructuration de la sidérurgie. Liège comptait 9 765 ETP en 2012. A 223 M€, les investissements directs ont atteint leur niveau le plus élevé depuis 2012.

Bruxelles a cartonné en 2017 pour ce qui est de la valeur ajoutée directe, que les secteurs non-maritimes ont fait passer de 719 à 834 M€ (+16 %). A l’inverse, l’emploi direct a assez nettement reculé, perdant 4,2 % à 3 855 ETP. Les investissements directs se sont situés à 62 M€.

Les effets indirects cumulés de Liège et Bruxelles se montent à 1,7 Md€ de valeur ajoutée dont 1,2 Md€ pour Liège et 14 560 ETP dont 10 980 pour Liège.

Acteurs

Premium

Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15